Chargement Évènements

« Tous les Évènements

Interactions langagières en classe et construction des savoirs dans les disciplines scolaires

6 octobre - 7 octobre

UMR 8163 STL – ULR 4354 CIREL

Depuis le début des années 2000, des données issues de la recherche ont montré la place fondamentale de la langue dans la construction des savoirs scolaires, quelles que soient les disciplines concernées (Babault, 2015 ; Bigot et al., 2017 ; Gajo, 2007 ; Garcia-Debanc et al., 2009 ; Jaubert, 2007 ; Hache, 2019;  Schneeberger & Vérin, 2009; Volteau & Rançon, 2015) alors que, paradoxalement, les enseignants ne sont généralement pas formés à la prise en compte des aspects langagiers de la didactique de leur discipline (Babault, 2018). Parallèlement, d’autres recherches ont montré qu’une proportion importante du public scolaire est fragilisée par une maîtrise insuffisante des fondamentaux de la langue de l’école, qu’il s’agisse d’élèves migrants ou d’élèves ayant la langue de l’école comme langue première (Klein, 2012; Mendonça Dias & Millon Faure, 2018).

Ces diverses recherches soulignent bien la nécessité de mener une réflexion sur la part langagière de la construction des savoirs scolaires.  Au sein de l’ensemble langagier, les interactions de classe jouent un rôle incontournable dans la conceptualisation des savoirs chez les apprenants (Filliettaz & Schubauer-Leoni, 2008; Munford & Zembal-Saul, 2002; Rivière, 2012; Silveira & Munford, 2020; Skovholt, 2017). Cependant, les interactions de classe dans des disciplines autres que les langues restent encore insuffisamment explorées, probablement en raison de leur positionnement à l’intersection de plusieurs champs de recherche. Ainsi, de nombreuses questions demandent à ce jour à être approfondies. Comment les interactions de classe constituent-elles des appuis pour la construction des savoirs ? Quel rôle le discours enseignant joue-t-il dans ces interactions ? Les interactions de classe sont-elles caractérisées par des spécificités propres à chaque matière ? Comment des élèves aux profils très diversifiés peuvent-ils tous tirer des bénéfices de ces interactions ?

Par ailleurs, après deux ans d’adaptation des classes aux conditions imposées par le COVID, ces questions s’appliquent également à des situations d’interactions de classe à distance. Pour répondre à des contraintes médicales, de temps, de lieu ou encore de contexte sanitaire, l’enseignement à distance tend à offrir aux enseignants des moyens de développer leur présence à distance (Jézégou, 2010) et ainsi d’entretenir les interactions sociales et pédagogiques avec leurs apprenants. Pour autant, « apprivoiser la distance » (Jacquinot, 1993) pour parvenir à des échanges fructueux au service des apprentissages n’est pas chose aisée en raison de multiples contraintes. La distance modifie, voire limite, les activités communicatives non verbales (Develotte et al., 2011) ou encore la collaboration entre les apprenants (Crinon et al., 2003; Connac, 2017) au point d’accroître selon les contextes le degré d’hétérogénéité entre les élèves.

Les réponses à apporter à ces questions passent nécessairement par un éclairage pluri- et interdisciplinaire grâce auquel linguistes interactionnistes, spécialistes d’analyse du discours, chercheurs en sciences de l’éducation et didacticiens de toutes disciplines (mathématiques, histoire-géographie, sciences, etc.) seront amenés à apporter un regard croisé sur les interactions de classe en confrontant leurs outils conceptuels et méthodologiques.

Durant ce colloque, les communications issues de travaux pluridisciplinaires seront les bienvenues. Les communications pourront également s’inscrire dans un champ disciplinaire spécifique, tout en ouvrant la discussion à des échanges croisés.

Les propositions de communications pourront s’inscrire dans l’un des axes suivants :

  • axe 1: interactions en classe et hétérogénéité des élèves

Cet axe vise une mise en relief de la diversité des profils des élèves telle qu’elle entre en jeu dans les interactions de classe,  que ce soit sur le plan des formes variables d’implication des élèves dans ces interactions (Havik et Westergård, 2019) ou sur celui de la prise en compte des “difficultés socialement différenciées” (Bautier, 2006). Sont également considérées toutes les formes de constructions collectives discursives et conceptuelles émergeant dans les interactions de classe.

  • axe 2: l’enseignant dans les interactions de classe

Il s’agira dans cet axe d’apporter des éclairages sur la dimension enseignante en proposant des résultats de recherches de terrain (corpus d’interactions). Nous nous intéressons à différentes dimensions :

  • le discours de l’enseignant : est-ce que les interactions de classe modifient le discours enseignant ? Quel travail sur la reformulation ?
  • la pensée enseignante durant l’interaction (Teacher thinking (Borg, 2003)) : quels éléments influencent la “pensée interactive” ?
  • la formation enseignante : quelle formation à la gestion des interactions ? Comment former à interagir / gérer les interactions ? Quels outils pour former ? (Zhang Waring & Chepkirui Creider, 2021)
  • axe 3: interactions en classe à distance

Cet axe permettra d’interroger la place et les influences (positives ou non) des outils numériques sur les interactions entre enseignant-e-s et élèves, et entre élèves. Les classes virtuelles via les plateformes de visioconférences (Peraya & Dumont, 2003) et les Environnements Numériques de Travail (Genevois & Poyet, 2010) ne sont que quelques exemples parmi les divers dispositifs à disposition des enseignant-e-s pour enseigner et interagir à distance. Les communications pourront également porter sur l’enseignement à distance en temps de pandémie et son influence sur la continuité ou non des dynamiques interactives observées dans les établissements (Ifé, 2020 ; Caron et al., 2020).

Les conférences plénières reflètent la pluridisciplinarité et l’interdisciplinarité qui constituent l’essence de ce colloque. Les conférenciers invités seront

  • Elisabeth Bautier, Université Paris 8
  • Laurent Gajo, Université de Genève
  • Karianne Skovholt, Universitetet i Sørøst-Norge
  • Annie Jézégou, Université de Lille

Ce colloque donnera lieu à la publication d’un numéro spécial dans une revue scientifique.

Dates à retenir

10 mai 2022 : date limite de dépôt des propositions de communication

10 juin 2022: réponse du comité scientifique

15 juin 2022: ouverture des inscriptions

6 et 7 octobre 2022: colloque

 

Langues du colloque

français et anglais

 

Modalités

Le colloque aura lieu en présentiel, sauf si les conditions sanitaires ne le permettent pas.

Il sera constitué de conférences plénières (40 minutes de présentation + 20 minutes de discussion) et de communications (20 minutes de présentation + 10 minutes de discussion)

 

Propositions de communications

Les propositions de communications devront être déposées sur le site du colloque au plus tard le 10 mai 2022. Elles devront faire au maximum 2500 caractères (espaces compris). Elles pourront être en français ou en anglais.

 

Inscriptions

Montant des inscriptions : 70 euros (comprenant le déjeuner du jeudi et du vendredi)

étudiants : 40 euros (comprenant le déjeuner du jeudi et du vendredi)

Lors de votre inscription, vous pourrez également vous inscrire, si vous le souhaitez, au dîner de gala qui aura lieu le jeudi soir (prix : 40 euros).

Les inscriptions se feront sur le site du colloque.

 

Responsables du colloque

Sophie Babault

Oriane Gélin

Emilie Kasazian

Laure Sochala

 

Comité scientifique

Silvia Araujo (Universidade do Minho, Portugal, CEHUM)

Violaine Bigot (Université paris Sorbonne-Nouvelle, DILTEC)

Monika Grabowska (Uniwersitet Wroclawski, Pologne)

Claudine Garcia-Debanc (Université de Toulouse, CLLE & UT2)

Christophe Hache (Université Paris Diderot, LDAR)

Marie-Pascale Hamez (Université de Lille, CIREL)

Martine Jaubert (Université de Bordeaux, E3D)

Annie Jézégou (Université de Lille, CIREL)

Christophe Joigneaux (Université de Lille, ESCOL)

Jean-Marc Mangiante (Université d’Artois, Grammatica)

Catherine Mendonça (Université Paris Sorbonne-Nouvelle, DILTEC)

Danusa Munford (Universidade federal do ABC, Brésil, CCNH)

Paola Pietrandrea (Université de Lille, STL)

Annick Rivens (Université de Lille, STL)

Véronique Rivière (Université Lyon 2, ICAR)

Elsie Rockwell (Cinvestav Mexico, Mexique)

Evelyne Rosen (Université de Lille, laboratoire CIREL)

Sabrina Royer (Université de Lille, laboratoire STL)

Catherine Souplet (Université de Lille, laboratoire CIREL)

Gabriela Steffen (Université de Genève, Suisse)

Rada Tirvassen (University of Pretoria)

Stéphanie Volteau (université de Poitiers, FoReLLIS EA3816)

 

 

Comité d’organisation

Sophie Babault

Eva Donohoe

Mahamadou Doumbia

Oriane Gélin

Emilie Kasazian

Diana Santos

Laure Sochala

 

Contacts

interact2022@sciencesconf.org

 

 

Détails

Début :
6 octobre
Fin :
7 octobre
Catégorie d’évènement:
Site Web :
http://interact2022.sciencesconf.org

Lieu

Lille