Chargement Évènements

« Tous les Évènements

Didactiques, plurilinguismes, mondialisations

17 novembre - 18 novembre

Colloque de l’Acedle.

La didactique des langues est un domaine pluriel, où se côtoient des recherches diversement situées, qui interrogent des situations variées, des thématiques distinctes, voisines ou complémentaires, selon des approches qui privilégient différentes orientations et démarches liées à l’appropriation d’une ou de plusieurs langues par des apprenants et / ou aux rôles joués par différents acteurs dans l’appropriation langagière.

Les colloques de l’Association des Chercheurs et Enseignants Didacticiens des Langues Étrangères (Acedle) sont conçus comme des espaces de débat et de rencontre, où toutes ces sensibilités peuvent trouver expression et confrontation et où les chercheurs peuvent échanger sur leurs travaux en cours à la lumière des avancées dans des secteurs proches. Cette année, les organisateurs ont choisi d’interroger plus spécifiquement la notion de mondialisation comme angle d’analyse des situations didactiques. On peut toutefois envisager un certain nombre de sujets hors de cette thématique qui offrent, par contraste, un panorama relativement large des thèmes de recherches actuellement développés en didactique des langues et des cultures (DLC).

*****

Le CIDTFF (Centro de Investigação em Didática e Tecnologia na Formação de Formadores) de l’Université d’Aveiro organise, en collaboration avec l’Acedle (Association des chercheurs et enseignants didacticiens des langues étrangères), un colloque international réunissant chercheurs, enseignants, formateurs, acteurs du terrain éducatif et associatif, étudiants et tout autre acteur du champ de la Didactique des Langues et Cultures (DLC), pour faire le point sur les recherches qui y ont été menées sur la thématique « Didactique(s), plurilinguisme(s), mondialisation(s)».

Le terme « mondialisation » renvoie à des dynamiques de différentes natures, avec différentes implications dans le domaine de l’enseignement et de l’apprentissage des langues, tant au niveau des politiques linguistiques (éducatives), que des pratiques et des représentations langagières, des curricula , des formations et de la recherche en DLC. C’est pourquoi nous assumons le caractère hétérogène et pluriel de ce terme, même s’il peut également renvoyer à des processus d’homogénéisation : à la différence de termes comme globalisation par exemple, mondialisation ne signifie donc pas ici uniformisation (des influences, des effets, des rythmes, ou encore d’accès, de moyens, d’efforts, de conséquences) ni homogénéisation (des idéologies, des représentations et des pratiques).

Dans le cadre de ce colloque, nous interrogerons les rapports entre idéologies, multilinguismes, plurilinguismes et dynamiques des mondialisations dans la conceptualisation et la mise en œuvre de politiques linguistiques (éducatives), et de démarches d’enseignement, de formation et de recherche en DLC, en accordant une attention particulière aux différentes réactions que les mondialisations suscitent, mais aussi aux convergences observées entre des contextes géopolitiques et éducatifs assez différents.

D’autre part, la pandémie de COVID-19, qui met en évidence les effets de la mondialisation, a fait expérimenter des défis qui ont bouleversé les formes et les espaces traditionnels d’enseignement et d’apprentissage des langues, notamment dans les systèmes éducatifs, tout en stimulant des initiatives et l’émergence de démarches d’enseignement renouvelées. En DLC, l’usage diversifié des TICE, la compréhension de la complexité de la notion de langue, et des phénomènes langagiers et communicationnels (y compris dans leur plurisémioticité et multimodalité), ainsi que la diffusion des approches plurielles, induisent des évolutions curriculaires et de formation, interpellent les pratiques et les représentations éducatives des enseignants et des formateurs et provoquent des changements dans les imaginaires d’enseignement et d’apprentissage des langues et de la formation. Dans ce contexte, comment la DLC, en tant que discipline de recherche et d’intervention, peut-elle contribuer au développement d’une réflexion critique sur les idées de croissance et de sobriété, et, par conséquent, participer à penser (didactiquement, politiquement, éthiquement, épistémologiquement) la transition socio-écologique ?

D’un point de vue épistémologique, dans un moment où l’on discute les hégémonies des discours, des représentations et des pratiques académiques comme un des grands effets de la mondialisation, tout en mettant en exergue leurs implications dans le potentiel d’innovation, la transmission et la circulation d’idées, de concepts et de méthodologies dominantes, la question peut se poser de la « dévalorisation épistémique », voire de l’ « épistémicide » de savoirs et savoir-faire scientifiques considérés périphériques (mais plus contextualisés). Ce colloque sera donc également l’occasion de nous intéresser aux processus de (dé/re)colonisation des savoirs en DLC et, par ce biais, au rapport (néo)colonial aux savoirs et à la (néo)colonisation scientifique.

Quatre axes de traitement de ces questions sont retenus, avec des questions spécifiques.

Axe 1 – Politiques linguistiques et curricula

  • Comment mondialisations, idéologies (économiques, linguistiques, nationales, politiques, religieuses, scolaires) et politiques linguistiques et curriculaires se nourrissent, s’interrogent, se transforment (ou non) mutuellement ?
  • Quelles dynamiques d’uniformisation et de diversification des politiques linguistiques (éducatives) et curriculaires peuvent être décrites et problématisées à l’heure des mondialisations ? Quelles tensions, dilemmes, antinomies et pratiques en DLC en découlent ?

Axe 2 – Enseignement et apprentissage des langues

  • Quelles compétences en langues développer chez les apprenants à l’ère des mondialisations ? Quels présupposés et principes éducatifs peuvent soutenir ces compétences, en tenant compte des tensions local-global ?
  • Place du CECRL à l’ère de la mondialisation : où en sommes-nous ? Quels apports et quelles limites émergent aujourd’hui ?
  • Pourquoi et comment enseigner et apprendre des langues dans des situations marquées par la mondialisation ? Que faut-il évaluer en matière d’éducation et de formation en langues ? Avec quels objectifs et quelles approches ?
  • Quel rôle et statut pour le numérique aujourd’hui, considérant les complexes configurations pédagogiques et sociales qui encadrent les processus d’enseignement-apprentissage des langues, en classe et hors classe (notamment l’enseignement domestique, l’enseignement communautaire, les communautés d’apprentissage) ? Quels effets sur l’autonomie et les dynamiques d’inclusion/exclusion des apprenants ?

Axe 3 – Formation des acteurs éducatifs

  • Comment les mondialisations interpellent-elles les curricula de formation des acteurs éducatifs ? À quelles dynamiques et effets transformateurs de ces curricula assistons-nous ?
  • Quels objectifs de formation pourront répondre aux défis des mondialisations ? Quelles compétences développer chez les différents acteurs responsables de l’enseignement des langues ? Et chez les formateurs ?
  • Quelles stratégies de formation sommes-nous en mesure de concevoir et de mettre en œuvre ? Avec quels partenariats et avec quelles ressources ?
  • Comment promouvoir, accompagner et évaluer le développement professionnel des différents acteurs, y compris les formateurs de formateurs ?

Axe 4 – Recherche – Recherche et diffusion du savoir

  • Comment les concepts et les théories en DLC se (re)configurent-ils lors de leurs circulations internationales ? Comment s’articulent ces concepts reconfigurés, provenant de différentes géographies, de façon à rendre compte des dynamiques des espaces éducatifs et de formation ? De quelles plasticités témoignent-ils dans leurs mouvances dans l’espace, le temps et les discours ?
  • Quelles forces et dynamiques (notamment interdisciplinaires et de mobilité des chercheurs eux-mêmes) induisent l’émergence ou la disparition de questions, thématiques et méthodologies de recherche en DLC ?
  • Comment penser la recherche en DLC à l’heure des mondialisations, en termes épistémologiques, méthodologiques, de paradigmes, et de démarches de recherche ? Comment développer des pratiques et des outils de recherche sensibles aux contextes et aux participants ? Quelles considérations éthiques envisager ?
  • Quels principes, pratiques et langues de communication de la recherche en DLC adopter pour assurer une diffusion équitable du savoir scientifique ?

Thématiques privilégiées

  • Concepts et conceptualisations en DLC à l’heure des mondialisations ;
  • DLC / didactique du plurilinguisme / approches plurielles ;
  • Questions de politique linguistique et éducative ;
  • Curriculum de langues à l’épreuve des mondialisations ;
  • Le poids des idéologies (économiques, linguistiques, nationales, politiques, religieuses, scolaires, etc.) sur l’éducation et la formation en langues ;
  • Mobilités (géographiques, virtuelles) et impact sur la DLC ;
  • Diversité des épistémologies en DLC et dialogues inter-épistémologiques ;
  • Internationalisation de la recherche et de la formation des enseignants ;
  • Spécificités et transversalités des contextes, des méthodologies et des publics.

Conférenciers invités

  • Severino Ngoenha, Universidade Técnica de Moçambique (Moçambique)

Severino Elias Ngoenha, Recteur de l’Universidade Técnica de Moçambique (d. 2015). Doctorat en Philosophie (Pontifícia Universidade Gregoriana, Roma). Professeur de Philosophie de l’Education, Interculturalité, Philosophie Africaine, entre autres. Professeur associé du Département d’Anthropologie et Sociologie de L’Université de Lausanne. Ses travaux se situent dans les domaines de l’anthropologie, la pensée africaine, la philosophie de l’éducation et l’interculturalité.

  • Ana Sofia Pinho, Universidade de Lisboa (Portugal)

Ana Sofia Pinho est professeure dans l’Institut d’Education de L’Université de Lisbonne. Elle travaille en Didactique des Langues, Curriculum et Formation des Enseignants, en particulier dans les domaines de la pédagogie pour la diversité et les partenariats université-écoles-communautés.

  • Mathilde Anquetil, Université de Macerata (Italie) Professeur de français en Italie depuis 1994, Mathilde Anquetil enseigne depuis 2009-2010 à l’Université de Macerata. Spécialiste en didactique du français langue étrangère, ses champs de recherche et d’action sont : l’éducation plurilingue et interculturelle, la politique linguistique, l’analyse du discours politique, l’analyse des interactions didactiques, l’intercompréhension entre langues romanes, la francophonie.

Propositions de communication

Les communications auront un format de 20 minutes de présentation et de 10 minutes d’échanges avec le public. Elles comprendront les coordonnées du chercheur/ de la chercheuse, le titre de la communication, l’axe dans lequel s’inscrit la communication, un résumé de 500 mots maximum, bibliographie non comprise, avec 5 mots-clés.

Langue de communication : toutes les langues romanes et anglais.

La présentation des communications doit être faite en deux langues. L

es propositions de communication sont à envoyer par courriel à l’adresse suivante : dep-acedle2022@ua.pt.

Calendrier

  • 8 décembre 2021 : Appel à communications
  • 15 mars 2022 : Date limite de réception des propositions de communication
  • 15 avril 2022 : Réponses aux propositions
  • 30 mai 2022 : Publication du programme et lancement des inscriptions
  • 15 octobre 2022 : Clôture des inscriptions (première date)
  • 17 – 18 novembre 2022 : Colloque à l’Université d’Aveiro (Portugal)

 

 

Détails

Début :
17 novembre
Fin :
18 novembre
Catégories d’évènement:
,

Lieu

Aveiro
Portugal

Organisateur

Acedle