Catégories
Appels à contribution

Les dispositifs d’apprentissage-enseignement des langues – Date limite : 10 janvier 2023

Mélanges Crapel 44/1

La revue en ligne Mélanges Crapel  sollicite des articles complets pour un numéro thématique à paraître en juin 2023 sur le thème suivant : les dispositifs d’apprentissage-enseignement des langues.

La notion de dispositif, apparue au cours des années 90, est largement exploitée aujourd’hui en didactique des langues. En effet, pour Montandon (2002, p. 16), le dispositif est considéré comme « central et stratégique de toute une politique éducative traversant tous les niveaux des démarches d’apprentissage aux pratiques enseignantes ». Albero (2009, p. 170) définit le dispositif comme « le lieu (matériel ou symbolique) permettant l’organisation méthodique d’un ensemble fonctionnel d’objets, de situations, et d’agents, matériels ou vivants, ordonnées par rapport à une fin ». Elle précise la nécessité d’intégrer « l’aspect imprévisible et adaptable de l’action humaine » à tout dispositif. A cette perspective résolument anthropocentrique, Rivens Mompean (2013, p. 159) ajoute la nécessité de créer du lien entre les éléments du dispositif à sa conception afin d’inscrire celui-ci dans un courant théorique qu’il opérationnalise. Dans les faits, le terme semble pourtant recouvrir des configurations très variées : il peut tout aussi bien s’appliquer à un niveau micro au sein d’une classe de langue (voir Chateau & Zumbihl, 2010) qu’au niveau macro avec une formalisation au niveau institutionnel (voir Buck & McAllister, 2011). Par ailleurs, les dispositifs diffèrent également dans leur « amplitude d’ouverture » (Jézégou 2005), c’est-à-dire dans le degré de « liberté de choix » et de « contrôle pédagogique » laissés à l’apprenants. La notion de contrôle pédagogique pose également la question de l’accompagnement, de ses modalités, et des relations entre les acteurs du dispositif. Avec la multiplication des modalités et configurations d’enseignement et d’apprentissage (par ex. Burton et al, 2011), le dispositif n’est-il pas devenu un concept galvaudé ? La distinction entre scénario pédagogique et dispositif (voir Mangenot, 2017 ; Nissen, 2014) peut-elle nous aider à mieux cerner les apports et les effets de ce dernier ? La pandémie a-t-elle contribué à l’accélération de l’évolution du concept de dispositif ? Comment penser le dispositif dans le cadre d’apprentissages informels ? L’apprentissage sur corpus constitue-t-il un dispositif ou en est-il un élément ? De nouvelles formes de dispositifs d’autoapprentissage peuvent-elles apparaitre ? Du fait de ces questionnements, la revue Mélanges Crapel invite les autrices et auteurs à réfléchir sur ce concept en articulant leurs propositions autour des axes suivants :

1. La conception de dispositifs : qu’est-ce qu’un dispositif ? Quels en sont les éléments constitutifs et comment s’articulent-ils ? Comment s’intègre le dispositif au sein d’une politique institutionnelle ? Comment sont envisagées les relations entre les différents actrices et acteurs au sein d’un dispositif ? Quelles ressources et quels outils sont disponibles et comment y accède-t-on ?

2. Evaluation et comparaison de dispositifs : comment évaluer un dispositif ? Comment prendre en compte l’évaluation pour faire évoluer un dispositif ? Peut-on comparer les dispositifs (ou leurs modalités) et à quelles fins ? Que prendre en compte pour mener ces comparaisons ?

3. Usages et vécus des acteurs au sein des dispositifs : comment les actrices et acteurs s’approprient-ils un dispositif ? A quel point le parcours réel de l’apprenant·e est-il en adéquation avec la conception du dispositif ? Comment les apprenant·e·s perçoivent-ils et elles l’accompagnement proposé ?

Les auteurs et les autrices sont invité·e·s à envoyer les articles complets en anglais ou en français et en versions anonyme et non-anonyme avant le 10 janvier 2023. Ils veilleront à préciser l’axe de l’appel ainsi que la rubrique de la revue (voir p. 3) dans lequel l’article se situe. La publication sera prévue en juin 2023. Nous demandons les auteurs et les autrices de suivre la feuille de style APA 7ème édition lors de la rédaction et d’envoyer les articles à melangescrapel@atilf.fr.

Références bibliographiques

Albero, B. (2009). Pratique sociale et recherche dans le champ de l’autoformation. : Entre engagement militant et culture académique. Dans J-M Barbier, E. Bourgeois, G. Chapelle, J.C. Ruano- Borbalan. Encyclopédie de la formation. Paris : Presses Universitaires de France, 659-685.

Buck, J. et McAllister, J. (2011). Mise en place d’un dispositif d’apprentissage hybride à l’université, Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, 40(2)

Burton R., Borruat, S., Charlier, B., et al. (2011). « Vers une typologie des dispositifs hybrides de formation en enseignement supérieur », Distances et médiation des savoirs, 9(1), 69-96.

Chateau, A. et Zumbihl, H. (2010). Le carnet de bord, un outil permettant le cheminement vers l’autonomisation dans un dispositif d’apprentissage de l’anglais en ligne ? Apprentissage des Langues et Systèmes d’Information et de Communication (ALSIC), 13. doi:10.4000/alsic.1392

Jézégou, A. (2008). Formations ouvertes et Autodirection de l’apprenant. Savoirs, (1), 97-115.

Mangenot, F. (2017). Formation en ligne et MOOC : apprendre et se former en langue avec le numérique. Paris : Hachette FLE.

Montandon, C. (2002). Approches systémiques des dispositifs pédagogiques. Enjeux et méthodes. Paris : L’Harmattan.

Nissen, E. (2014). Modéliser le fonctionnement de la formation hybride en langues à travers des recherches ingénieriques (Habilitation à Diriger des Recherches, Université de Grenoble-Alpes).

Rivens Mompean, A. (2013). Le Centre de Ressources en Langues : vers la modélisation du dispositif d’apprentissage. Villeneuve d’Ascq : Éditions Septentrion.

Calendrier prévisionnel

– Propositions d’articles complets : 10 janvier 2023

– Retour des relecteurs : mi-mars 2023

– Retour après modifications : mi-mai 2023

– Publication : fin juin 2023