Catégories
Appels à contribution

De l’improvisation au débat formel – Date limite : 30 juin 2022

EDL/FLLTR n° 39

La prise de parole spontanée et l’interaction orale entre étudiant.e.s sont nécessaires dans le cadre de l’enseignement-apprentissage d’une langue étrangère. L’un des enjeux éducatifs clés de la formation, et notamment des formations préprofessionnelles, est celui de bien s’exprimer à l’oral, de convaincre et de persuader par la parole, par l’exemple, par le discours. Toutefois, le domaine de l’oral est un terrain complexe et délicat à appréhender. L’enseignement de l’oral et sa pratique en situation académique ne sont pas tâche facile. “L’oral est insaisissable de par sa nature et son statut social, par ses formes variées et difficilement scolarisable de par sa matérialité”, comme le précisent Dolz & Schneuwly (2016 : 20). De plus, la parole est propre à chaque personne, à la manière dont elle s’approprie une langue et développe ses compétences langagières.

L’art de communiquer et l’art de débattre tels que nous les connaissons dans notre civilisation occidentale et qui ont inspiré les formes actuelles des débats formels ou didactisés, remontent à l’Antiquité. Aujourd’hui, il existe un certain engouement pour l’art oratoire à travers les défis de l’éloquence ou encore le Grand oral comme épreuve de fin de baccalauréat. Les activités de ce type en milieu académique peuvent être variées (discussion improvisée par paires ou en petits groupes, controverses, questions d’actualité, etc.) et répondre à des objectifs multiples comme écouter l’autre, exprimer son opinion, nuancer ses propos, argumenter, convaincre. Dans l’enseignement secondaire, la mise en place de ces pratiques est préconisée dans les programmes (De Pietro & Gagnon, 2013). Dans l’enseignement supérieur, elles semblent encore bien insuffisantes. Quant aux activités de débat formel, elles inscrivent l’oralité dans une forme contrainte et s’appuient sur une préparation écrite d’un discours pour que la parole pour convaincre soit efficace. La parole qui émane des interactions orales de ce type se situe dans des registres allant de la production orale spontanée à la production orale maîtrisée (Alaez Galan, 2020).

Ce numéro d’EDL (Études en Didactique des Langues) portera sur les diverses formes de débat dans le processus d’appropriation d’une langue étrangère. Les contributions peuvent aborder (liste non exhaustive) :

– les apports de l’argumentation formelle ou informelle : formes et modalités, préparation linguistique et argumentaire, apports à l’oral et à l’écrit, etc.,

– l’art de la persuasion, de la rhétorique,

– la kinésique, le paralangage, la proxémie

Les contributions peuvent se faire en français ou en anglais, sans phase de proposition. Les articles (entre 6 000 et 10 000 mots) aborderont un des aspects de la problématique pour le numéro 39 de la revue Études en didactique des langues et devront respecter la feuille de style disponible à l’adresse http://edl-ple.simplesite.com/438385492. Ils devront être adressés par courrier électronique avant le 30 juin 2022 à edl@lairdil.fr.

Le numéro paraîtra en décembre 2022.

Références

Alaez Galan, M. 2020. L’activité de débat en espagnol dans le secteur Lansad. Thèse de doctorat, Université de Toulouse.

De Pietro, J.-F. & Gagnon, R. 2013. Former les élèves à argumenter et à prendre leur place dans l’espace public : l’enseignement du débat à l’école. Bulletin suisse de linguistique appliquée 98, 155-179.

Dolz, J. & Schneuwly, B. 2016. Pour un enseignement de l’oral : initiation aux genres formels à l’école. Paris : ESF éditeur