<:en-tête:>

 

    Autoformation et multimédia    Didactique    Linguistique    Ingénierie de formation

Thérèse Perez-Roux

Les formateurs IUFM face à la réforme de la Masterisation : remaniements identitaires et sens du travail - 2012

 

Notes du CREN n°7, janvier 2012

Ce rapport est signalé par le Café pédagogique.

Quelques citations.

"changement de culture : « les démarches réflexives à partir de l’expérience : analyse de pratiques ou de situation » (22%) sont à présent minorées, « les concours » (19%) occupent désormais une place majeure sur les deux années du Master et « les formes de régulation entre formateurs et/ou avec l’institution » (18%) sont devenues plus difficiles à mettre en place."

"Les registres de préoccupations majeurs sont liés : a) à l’improbable articulation entre savoirs théoriques et savoirs pratiques en raison d’espaces-temps plus contraints par les maquettes et de publics plus rétifs à entrer dans une démarche réflexive ; b) à la fonction d’accompagnement sur le terrain (versant pré-professionnel) jugée minorée à l’Université et déconnectée du reste des contenus"

"la Masterisation de la formation des enseignants semble traverser une tension ravivée entre logique de la formation, organisée autour et à partir des pratiques, et logique de l’enseignement, davantage centrée sur des savoirs constitués, nombreux, insuffisamment creusés et, au dire des formateurs, plus distants des questions liées à l’expérience professionnelle. Le savoir à acquérir, organisé en système ayant une cohérence propre (par exemple d’ordre didactique), reste dans la plupart des cas l’objectif premier pour l’obtention du master comme pour l’obtention du concours de recrutement. La dimension professionnelle et les savoirs hétérogènes qui s’y déploient courent à présent le risque d’être davantage déconnectés des thématiques développées au sein des Master."