<:en-tête:>

 

    Autoformation et multimédia    Didactique    Linguistique    Ingénierie de formation

Former des enseignants - Revue internationale d’éducation de Sèvres, décembre 2010

 

n° 55, décembre 2010

Présentation sur le site de la revue

Au moment où, en France, la formation des enseignants suscite passions et inquiétudes et révèle les tensions qui traversent la société, ce numéro s’interroge sur la façon dont d’autres pays définissent les grandes options qui inspirent leurs dispositifs de formation et dont ils organisent la formation initiale et le développement professionnel des maîtres.

Aucun modèle stabilisé ne semble émerger, même si la formation des enseignants, partout considérée comme un enjeu majeur, tend souvent à être allongée et fait l’objet de réformes.

La confrontation des analyses permet cependant d’identifier des problématiques récurrentes : la question des savoirs et de la professionnalisation ; l’approche par compétences ; le rôle de l’État ; le choix des opérateurs ; la formation et le recrutement. Pays étudiés : Angleterre, Argentine, Corée du Sud, États-Unis, France, Grèce, pays des Balkans Occidentaux, Québec, Suède.

Un numéro coordonné par Alain Boissinot.

Sommaire du numéro

L’éditorial de F. Jarraud sur ce numéro dans l’Expresso du Café pédagogique.

Et une interview d’Alain Boissinot, autre document du même Café pédagogique. Une citation extraite de ce texte : "Pour A Boissinot, la solution c’est de négocier avec les universités la construction de vrais parcours de formation conjuguant professionnalisation et enseignement universitaire. « Dans mon académie j’ai installé des groupes de travail avec les universités », explique A Boissinot. « On va proposer de vrais parcours de formation en alternance ». A Boissinot a rappelé qu’à la fin du XIXème siécle les universitaires (Vidal, Lavisse etc.) étaient beaucoup plus impliqués dans la formation des enseignants et les programmes. Autre évolution à venir : « il va falloir clarifier le calendrier de la formation entre concours et master. Il faudra relativiser le poids du concours »."