<:en-tête:>

 

    Autoformation et multimédia    Didactique    Linguistique    Ingénierie de formation

Transmission et vecteurs - Études en didactique des langues n°34 - Date limite : 31 décembre 2019

 

Cet appel à contributions vise à apporter un regard critique sur le concept de transmission dans un cadre académique, concept dont le sens dominant et parfois simpliste reste celui de la transmission de connaissances et de compétences où le faire et les résultats priment. Nicole Poteaux (2003 : 91) ne nie pas que l’objectif de transmission de contenus puisse en soi être “porteur de réussite” mais suggère d’en “lever les ambiguïtés”. Il s’agira donc ici d’explorer comment peut s’effectuer l’acquisition de connaissances, plus précisément, dans le cadre de ce numéro d’EDL, celles qui sont nécessaires à l’apprentissage et à l’enseignement d’une langue étrangère dans un contexte universitaire. On peut alors faire appel au concept de vecteur de communication, c’est-à-dire un outil qui véhicule un message à une ou des personne(s). Les pratiques d’apprentissage, qu’elles soient volontaires, imposées, individuelles, en collaboration avec d’autres ou devant un écran peuvent être vecteurs d’apprentissage. Les concepts de transmission et de vecteur peuvent aussi se placer dans le paradigme énactif (Varela et al., 1993). C’est pourquoi Joëlle Aden (2014) nous invite à apprendre à “translangager”, à donner une place au corps et à l’affect dans les activités langagières. La perspective dite émergentiste offre aussi des voies d’exploration possibles, car en en didactique des langues, on peut prendre la position que le “communicatif s’appuie d’abord sur une dynamique expérientielle et relationnelle qui constitue le fondement de la communication” (Castellotti, 2017). Transmission et vecteurs impliquant un processus réalisé entre deux extrémités, il conviendra de ne pas oublier les pratiques et les savoirs enseignants, particulièrement dans le secteur Lansad. Il semblerait que les colloques et autres rencontres liés à la recherche constitueraient aussi d’importants “vecteurs de formation de formateurs et de formation continue”, selon la SAES (Tardieu & Eells, 2018). D’autres pistes sont à explorer dans ce domaine.

Source : Calenda.