<:en-tête:>

 

    Autoformation et multimédia    Didactique    Linguistique    Ingénierie de formation

Entre présence et distance - Enseigner et apprendre les langues à l’université à l’ère numérique - 12-14 décembre 2019

 

2ème colloque du PERL.

Colloque International organisé par le PERL, Université de Paris

L’injonction institutionnelle à la nouveauté, si fréquente qu’elle s’apparente dans le champ éducatif à une « tradition de l’innovation » (Castellotti, Debono & Huver, 2017), touche particulièrement les universités, comme en témoigne l’ouverture en 2018 des “Campus de l’innovation”. Or, depuis la généralisation de l’enseignement des langues pour spécialistes d’autres disciplines (LANSAD), dans la droite ligne des réformes Licence Master Doctorat (LMD), ce secteur de l’enseignement universitaire constitue un terrain privilégié pour les innovations pédagogiques (Poteaux, 2014 ; Demaizière et Grosbois, 2014). Le LANSAD y est d’autant plus propice que son développement s’accompagne d’une forte volonté de mettre les outils technologiques au service de l’enseignement des et en langues étrangères. Comment alors intégrer, à des degrés adaptés, le numérique à l’enseignement-apprentissage des langues-cultures, afin que chacun des acteurs de l’écosystème universitaire - l’institution, l’enseignant et/ou le tuteur et l’apprenant - en tire bénéfice ?

Cette nouvelle édition du colloque PERL vise à poursuivre la réflexion entamée sur la restructuration pédagogique dans la formation en langues étrangères à l’université. Il s’agit cette fois de mesurer la compatibilité entre les démarches centrées sur l’individu-apprenant (notamment les dimensions inter/transculturelles et réflexives) et le besoin de spécialisation disciplinaire en langue étrangère dans les dispositifs d’enseignement des langues médiés par le numérique.

Ainsi, le premier axe a pour objectif de réfléchir aux modèles théoriques à privilégier pour une pédagogie numérique à l’université, conçue comme un laboratoire des pratiques pour des usages innovants (Axe 1). Cet axe ménagera une place centrale aux expérimentations des enseignants(-chercheurs) suivant une démarche de recherche-action mais aussi à tout.e enseignant.e ayant élaboré et testé des dispositifs originaux, notamment dans le cadre de l’adaptation des approches plurielles au numérique. Il donnera l’occasion de mettre en évidence les changements qu’implique le numérique dans le rapport au savoir pour les individus-apprenants. Il s’agira de mieux comprendre comment on apprend et comment on se forme dans la société du numérique en suivant des regards croisés et ce, dans un contexte élargi. Les propositions attendues, portant sur des domaines connexes, contribueront à une réflexion critique sur la pédagogie des langues à l’Université.

Le deuxième axe se focalisera sur les modalités d’exploitation du numérique dans le cadre du champ de la langue pour les spécialistes d’autres disciplines, pour une formation “durable” (Terrier & Morère (Eds), 2016). Il portera aussi sur les langues sur objectifs universitaires, un accent spécifique étant mis sur le lexique scientifique transdisciplinaire. Plus spécifiquement, il cherchera à définir en quoi la linguistique de corpus peut se mettre au service des langues dites de spécialité, professionnelles et sur objectifs universitaires (Axe 2).

Afin de soutenir une réflexion pédagogique sur la formation de tous ceux qui interviennent à chaque niveau de l’élaboration et de la mise en place de ces formations médiées par le numérique, il s’agira en outre de voir quel accompagnement proposer pour une meilleure professionnalisation des acteurs de la formation à distance (Axe 3). L’objectif sera de voir comment, en formation initiale comme en formation continue, renouveler les pratiques par une formation en didactique adaptée, notamment en faveur de l’acquisition d’un nouvel agir professoral numérique.

Date limite de soumission des propositions : 1er juillet 2019