<:en-tête:>

 

    Autoformation et multimédia    Didactique    Linguistique    Ingénierie de formation

Projet de Monique Le Lardic

Pratique réflexive et formation des enseignants de français langue étrangère au Japon

 

La pratique réflexive est présente dans de nombreux champs des sciences sociales. Relativement récente dans le champ de l’éducation, la réflexion sur la pratique est à la fois une des compétences de l’enseignant professionnel et en amont, dans la formation initiale ou en formation continue, c’est un outil de construction de l’identité professionnelle (Altet, 1994, Perrenoud, 2001). Dans ce cadre, l’analyse des pratiques d’enseignement repose sur la prise de distance par rapport à la pratique et s’accompagne d’un recours à la théorie pour une mise en perspective et une formalisation des savoirs d’action (Schôn, 1994, Perrenoud, 1994, Pescheux, 2007). La pratique devient objet de réflexion et de recherche. Elle est ainsi associée à la théorie dans une relation interactive. Elle engage l’enseignant dans la construction de savoirs issus de la pratique et lui permet d’envisager les situations d’enseignement/apprentissage dans leur singularité et leur complexité. Elle l’outille pour qu’il puisse construire une pratique en s’appuyant sur une démarche de questionnement, s’éloigner de la reproduction de modèles ou de techniques prescriptifs et rompre avec les pratiques routinières. Elle conduit l’enseignant à devenir autonome pour des prises de décicions motivées, réfléchies et pertinentes pour le contexte mais aussi dans son développement professionnel. Dans une pédagogie visant l’autonomie, cette compétence de l’enseignant et l’expérience du travail réflexif qu’il a mis en oeuvre pour y parvenir lui serviront aussi à guider l’apprenant dans son apprentissage et particulièrement dans le développement de “l’apprendre à apprendre” (Holec, 1979, Barbot et Camattari, 1999).

La pratique réflexive apparaît particulièrement importante dans les contextes où la complexité croissante des situations laisse l’enseignant dépourvu d’outils de réponse. Au Japon, la culture éducative et didactique favorise la reproduction des modèles et ne prépare pas suffisamment l’enseignant à faire face à cette complexité. Il reste dépendant d’une réflexion élaborée hors de son contexte et de recherches éloignées de sa pratique. Aujourd’hui, les tensions autour des valeurs éducatives, des conceptions de l’enseignement, de l’apprentissage et du métier d’enseignant sont fortes. Même s’il ne semble pas exister de recherches ayant spécifiquement traité cet aspect, on pourrait parfois avoir le sentiment que l’absence de questionnement sur la professionnalisation, l’identité professionnelle, les choix didactiques renforcent ces tensions. En effet, si plusieurs recherches s’intéressent aux apprenants japonais, à leur style d’apprentisage, aux représentations qu’ils ont des langues (Suzuki, Clenton, Call) il y a toujours peu de recherches menées sur la culture didactique et la culture de formation des enseignants au Japon.

La pratique réflexive a émergé et s’est développée dans les pays anglo-saxons et en Europe. Comment peut-elle se mettre en place dans un environnement culturel différent, avec des enseignants de français langue étrangère au Japon ?

Cette recherche dans le domaine de la didactique des langues et des cultures s’inscrit dans le contexte de l’enseignement supérieur au Japon. Elle vise à répondre à la question suivante : Quels sont les leviers et les obstacles à la mise en place d’une formation à l’analyse des pratiques d’enseignement au Japon ?

Pour répondre à cette question centrale de notre recherche, notre approche sera qualitative, nous élaborerons des outils d’investigation et de recueil d’informations visant à faire apparaître les traits essentiels des vécus professionnels, les expériences de formation et leur impact sur l’enseignement du français langue étrangère. Parmi ces données, nous nous attacherons en priorité à reconnaître les potentialités de la pratique réflexive pour la formation des enseignants.

La première étape de notre démarche sera l’examen des paradigmes dans lequel le concept de réflexivité s’inscrit. Pour cela, nous avons retenu les champs disciplinaires suivants : champ socio-éducatif (Altet, Perrenoud, Blanchard-Laville, Fablet, Blin, Vanhulle, Deum ), sociologie réflexive (Bourdieu, Wacquant), psychosociologie (Balint, Cifali, Vermersch), ingénierie professionnelle (Pastré, Carré, De Ketele, Le Boterf). Nous verrons ensuite quelle définition en est donnée et quelles fonctions on lui prête dans chacun de ces champs. Il ne s’agira pas d’en faire un inventaire exhaustif mais de dégager les éléments communs du concept. Nous analyserons les démarches et les outils utilisés en analyse des pratiques, leur pertinence et leur adéquation en fonction de la culture des enseignants. Le cadre théorique, la pratique réflexive en didactique des langues et en ingénierie de la formation, la recherche sur l’autonomie et l’autoformation et les éléments à disposition sur la culture éducative et la culture didactique japonaise, nous permettra d’élaborer des entretiens et des questionnaires et à mener des enquêtes qui nous conduiront à recueillir les données nécessaires pour notre étude. L’analyse des éléments recueillis nous amènera à identifier les points d’accroches et les obstacles à prendre en compte et devrait déboucher sur des pistes possibles pour des situations de formation

ALTET, M. (1994). La formation professionnelle des enseignants. Paris . PUF.

BARBOT, M-J. CAMATARRI, G. (1999). Autonomie et apprentissage. L’innovation dans la formation. Paris, PUF.

BLANCHARD-LAVILLE, C. et FABLET, D. (dir.) (1996). L’analyse des pratiques professionnelles. Paris, L’Harmattan.

BLIN, J-F. (1997. Représentations, pratiques et identités professionnelles, Paris, L’Harmattan.

BOURDIEU, P. et WACQUANT, L. (1992). Pour une anthropologie réflexive. Paris, Seuil.

CALL, J. (1995). The language learning styles of Japanese university students in English as a foreign language. Unpublished master’s thesis, Ohio University, Athens, Ohio.

CARRE, P. (2005). L’apprenance. Paris, Dunod.

CIFALI, M. (1996 a). "Démarche clinique, formation et écriture". In Paquay L., Altet M., Charlier E. et Perrenoud, Ph. (dir.). Former des enseignants professionnels. Quelles stratégies ? Quelles compétences ?, Bruxelles, De Boeck.

CLENTON, J. (1998). Learning Styles and the Japanese, MA dissertation, University of Sussex, Language Institute.

DONNAY J. et CHARLIER E. (2006). Apprendre par l’analyse de pratiques -Initiation au compagnonnage réflexif. Presses Universitaire de Namur.

HOLEC, H. (1979). Autonomie et apprentissage des langues étrangères. Conseil de l’Europe. Paris. Hatier.

IMBERT F. (2000). Le groupe Balint, un dispositif pour un "métier impossible" : enseigner. In Blanchard-Laville C. et Fablet D. L’analyse des pratiques professionnelles. Paris, L’Harmattan.

PERRENOUD, P. (1994). La formation des enseignants entre théorie et pratique. Paris, L’Harmattan.

PERRENOUD, P. (2001). Développer la pratique réflexive dans le métier d’enseignant. Paris : ESF.

PESCHEUX, M. (2007). Analyse des pratiques enseignantes en FLE/S. Mémento pour une ergonomie didatique du FLE. Paris, L’Harmattan.

SCHÖN, D-A. (1996). Le praticien réflexif, à la recherche du savoir caché dans l’agir professionnel. Québec, Les Editions Logiques.

SUZUKI, E. (2002). Culture d’enseignement/apprentissage au pluriel : le cas du Japon. Actes du Colloque "La didactique des langues face aux cultures linguistiques et éducatives", Paris, décembre 2002 - Marges Linguistiques. Saint-Chamas : M.L.M.S. Éditeur ;

VANHULLE, S. et DEUM, M. (2006). "L’écriture réflexive en formation initiale d’enseignants : entre réconciliation avec l’écrit et apprentissage de la rigueur conceptuelle". In Langage et pratiques. Revue des l’Association Romande des Logopédistes Diplômés, n°37, pp. 6-18.

VERMERSCH, P. et MAUREL, M. (dir.) (1997). Pratiques de l’entretien d’explicitation. Paris, ESF.

VYGOTSKY, L. (1962). Thought and language. Cambridge, MA : MIT Press.