<:en-tête:>

 

    Autoformation et multimédia    Didactique    Linguistique    Ingénierie de formation

Les Mobilités - Notions en Questions en didactique des langues - 26 janvier 2018

 

Journée internationale organisée par l’Association des Chercheurs et Enseignants Didacticiens des Langues Etrangères (Acedle) & l’équipe Parole et Discours : Fonctionnement/dysfonctionnement et appropriation (Praxiling), UMR 5267 : CNRS et Université Paul-Valéry Montpellier

Université Paul-Valéry Montpellier 3

9H30 à 18H00

Traditionnellement, la Journée NeQ interroge une notion et ses relations avec la didactique des langues étrangères, domaine des sciences du langage, à la croisée de sciences connexes. Cette fois-­‐ci, il s’agit de la notion de mobilités. Cette journée sera consacrée aux enjeux liés aux catégorisations des mobilités et à leur pertinence pour la DDLC. On s’intéressera notamment aux statuts des personnes en mobilité (migrants, réfugiés, mineurs isolés, étudiants en mobilité etc.) et aux éléments qui ont été retenus comme signifiants pour la DDLC.

Ces apports permettront d’interroger leurs besoins et leurs projets en matière d’appropriation des langues, mais aussi les compétences liées aux mobilités et leur valorisation. Face à ces mobilités, les enseignants également opèrent des déplacements physiques, symboliques et pédagogiques pour enseigner les langues, rencontrer leurs publics divers. Se pose ainsi la question des compétences à développer chez les enseignants de langue(s) pour faire face à / tirer parti de ces mobilités, et par conséquent, celle des modalités de formation de ces (futurs) enseignants.

Cette Journée d’étude s’organise autour de l’intervention d’un chercheur spécialiste du domaine (30 minutes) à laquelle un autre chercheur réagit (30 minutes), échange suivi d’une discussion avec le public (30 minutes).

Les contributions seront publiées dans un numéro spécial de la revue Recherches en didactique des langues et cultures : les Cahiers de l’Acedle (http://acedle.org).

PROGRAMME

9h30 - 9h50

Ouverture : Dominique Macaire, Présidente de l’Acedle

Présentation de la notion, des intervenants et de l’organisation de la journée : Nathalie Auger

9h50 - 11h00

Axe 1 : CATEGORISATIONS DES MOBILITES, ENJEUX et PERTINENCE POUR LA DDLC

On interrogera ici la notion de mobilité au regard d’autres notions telles que celles de migration, (trans)migrance, transhumance, nomadisme...

Si les approches sociologiques des processus de mobilités renseignent sur les critères et modalités explicatives de ces déplacements, et proposent des typologies des mobilités, comment la DDLC peut-­‐elle s’en saisir pour réfléchir et définir des critères pertinents pour les enseignements-­‐ apprentissages ?

Intervention : Eric Soriano, Université Paul-­‐Valéry Montpellier 3, Artdev’, sociologue et directeur du Master MIM (migrations inter-­‐méditerranéennes)

Réaction : Jean-­‐Louis Chiss, Université Paris 3 - Sorbonne Nouvelle

11h00 - 11h20

Pause

11h20 - 12h30

Axe 2 : MOBILITES ET APPROPRIATION DES LANGUES

Pour prolonger la réflexion, nous nous demanderons en quoi le statut de la mobilité (entrante, sortante, volontaire, forcée, organisée, spontanée) des apprenants est devenu signifiant pour la DDLC, notamment sous la forme de didactiques spécialisées - langue étrangère/seconde/sur objectif spécifique/d’inclusion/de scolarisation - qui méritent d’être réinterrogées. Quel est l’impact des mobilités sur les modalités d’appropriation des langues ? Le répertoire plurilingue des apprenants implique-­‐t-­‐il une appropriation « plurielle » des langues ? Quels besoins / projets identifier chez les apprenants mobiles, entre représentations et expériences de la diversité ? Intervention :

Deborah Meunier, Université de Liège, Belgique

Réaction : Jérémi Sauvage, Praxiling, CNRS et Paul-­‐Valéry Montpellier 3, Directeur pédagogique de la DRIF (Direction internationale de la Francophonie) et de l’IEFE (Institut des étudiants étrangers)

12h30 - 14h00

Déjeuner

14h00 - 15h10

Axe 3 : RECONNAITRE ET VALORISER LES MOBILITES

On réfléchira également à l’identification et à la valorisation de compétences envisagées comme propres à la mobilité, mais aussi, inversement, à la dévalorisation de l’immobilité et de comportements sédentaires. Comment articuler les besoins des apprenants et des enseignants avec les outils-­‐cadres utilisés actuellement en DDLC (CECRL, référentiels, portfolios, etc.), notamment en matière d’évaluation ?

Intervention : Mathilde Anquetil, Université de Macerata, Italie Réaction :

Martine Derivry, Université Bordeaux 3

15h10 - 16h20

Axe 4 : MOBILITES PHYSIQUES ET SYMBOLIQUES, QUELS CONTENUS DE FORMATION ? Quels

sont les programmes de mobilités, physiques ou virtuelles, proposés aux enseignants et apprenants de langues ? Quels sont les niveaux et contenus de formation à identifier ? Quelle prise en compte des imaginaires, des émotions, des dimensions sensibles dans ces processus (réflexion collaborative, auto/hétéro analyse des pratiques), pour quelles mobilités symboliques (réflexivité, rapport à l’altérité, trans-­‐formation) et par quels moyens (décentration, journaux de bord, biographie langagière) ? Intervention :

Marisa Cavalli, Ancien Institut Régional de Recherche Educative du Val d’Aoste, Italie

Réaction : Nathalie Auger, Université Montpellier 3

16h20 - 18h :

Conclusion et AG de l’Acedle

CONTACTS

Nathalie Auger : nathalie.auger@univ-­‐montp3.fr

Deborah Meunier : dmeunier@ulg.ac.be

Chantal Dompmartin : chantal.dompma...

Entrée libre pour les membres de l’Acedle, les étudiants et les doctorants

Tarif non-membre : 10 euros

Tarif non-membre avec adhésion à l’Acedle : 35 euros