<:en-tête:>

 

    Autoformation et multimédia    Didactique    Linguistique    Ingénierie de formation

Quelques remarques après avoir vu vos copies sur le logiciel "Quelques transpositions de l’imparfait auxquelles on ne pense pas toujours"

M1P3
 

1. Ergonomie et utilisabilité d’un logiciel

Certains d’entre vous ont évoqué la notion d’utilisabilité d’un logiciel (traduction de utilisability). Ce n’est pas exactement la même chose que l’ergonomie même si cela est proche. Je pense que Wikipedia peut être utile à ceux qui veulent creuser un peu (pas essentiel pour ceux qui préfèrent privilégier d’autres points). Vous y trouverez une comparaison entre les deux termes / approches.

2. Règle de grammaire

Contrairement à ce que semblent avoir retenu certains, on ne parle pas de "règles" dans le produit. Ce serait contraire à la démarche retenue puisqu’il s’agit justement de voir que souvent plusieurs alternatives sont possibles avec une variante de point de vue. On parle aux apprenants de points "à noter". Je pense personnellement qu’il est assez dangereux de parler de "règles" dès lors que l’on sort de la morphosyntaxe. On peut repérer un certain nombre de valeurs de base et donner à l’apprenant des outils pour repérer dans divers contextes ou situations d’énonciation ce qui poussera à faire tel ou tel choix. Le côté "tout ou rien" de la règle peut être nocif car il ne pousse pas à réfléchir et observer l’énoncé ou les conditions d’énonciation. C’est en tout cas clairement le point de vue de l’équipe qui a rédigé le produit.

3. Exercice

Il est parfois un peu gênant de parler d’exercice lorsqu’il s’agit de solliciter l’apprenant, de l’interroger dans une phase de découverte. Il n’est pas en train de "s’exercer". L’exercice me semble avoir en général une connotation de répétition et / ou de pratique de ce qui a été appris auparavant. Je préfère parler de sollicitation (le terme utilisé au temps de l’EAO justement pour englober toutes les formes d’interpellation de l’apprenant, pas toujours une question ni un test), de questionnement ou d’activité. Il y a, en didactique, des distinctions faites par certains chercheurs entre "tâche" et "activité". Vous pourrez les creuser par ailleurs dans le cadre de votre master.

4. Les temps du verbe

En français on ne fait pas la différence entre le temps "tense" (forme grammaticale) et le "time", le temps de aujourd’hui, hier, demain...

Quand vous êtes face à une langue comme l’anglais, où les formes verbales aspectuelles ou modales sont essentielles, il est souvent gênant de faire la confusion. Pensez-y quand vous enseignerez le FLE sinon vous risquez de ne pas saisir ce qui posera problème à des apprenants dont la langue maternelle est différente du français sur ce point.

Fichier word de ce texte ci-dessous.


Remarques suite aux travaux sur le logicile Imparfait