<:en-tête:>

 

    Autoformation et multimédia    Didactique    Linguistique    Ingénierie de formation

Philippe Bihouix, Karine Mauvilly

Le Désastre de l’école numérique - Plaidoyer pour une école sans écrans - 2016

 

Seuil

17.00 € TTC

240 pages

EAN 9782021319187

Présentation de l’éditeur

Pendant que certains cadres de la Silicon Valley inscrivent leurs enfants dans des écoles sans écrans, la France s’est lancée, sous prétexte de « modernité », dans une numérisation de l’école à marche forcée - de la maternelle au lycée. Un ordinateur ou une tablette par enfant : la panacée ? Parlons plutôt de désastre.

L’école numérique, c’est un choix pédagogique irrationnel, car on n’apprend pas mieux - et souvent moins bien - par l’intermédiaire d’écrans. C’est le gaspillage de ressources rares et la mise en décharge sauvage de déchets dangereux à l’autre bout de la planète. C’est une étonnante prise de risque sanitaire quand les effets des objets connectés sur les cerveaux des jeunes demeurent mal connus. C’est ignorer les risques psychosociaux qui pèsent sur des enfants déjà happés par le numérique. Cet essai s’adresse aux parents, enseignants, responsables politiques, citoyens qui s’interrogent sur la pertinence du « plan numérique pour l’école ». Et s’il fallait au contraire faire de l’école une zone refuge, sans connexions ni écrans, et réinventer les pistes non numériques du vivre-ensemble ?

Et appréciations sévères sur l’ouvrage

"Quand un livre aborde des questions importantes, on s’y intéresse... Mais lorsque les auteurs de ce livre se permettent d’utiliser des méthodes et procédés rhétoriques discutables, on regrette qu’à des bonnes questions qui méritent toute notre attention, ils ne permettent pas au lecteur de faire lui-même le travail d’analyse, mains tentent d’imposer leurs réponses. (...) En d’autres termes ce livre, opportun en cette période rentrée, favorable aux ventes d’ouvrages polémiques, ne sera qu’un opus de plus dans la galerie des ouvrages qui sont avant tout polémiques mais pas provocateurs. (...) Voilà un livre qu’on pourra s’abstenir de lire. Il alimentera la rituelle critique de l’école, marronnier de la rentrée scolaire. Mais c’est un contre-exemple tant sur le plan du style que de la rigueur (...) L’abondance de petites remarques insérées dans le corps des phrases qui dénigrent sans autre forme de discussion, soit des idées, soit des personnes, n’est qu’une forme du discours qui devient courante dans l’esprit de médiatisation contemporain." (Bruno Devauchelle pour le Café pédagogique.)

"Philippe Bihouix et Karine Mauvilly tirent à boulets rouges sur la numérisation de l’enseignement obligatoire en France, sans convaincre. Pire, ils se trompent de débat. (...) ils livrent une vision passéiste des enjeux de l’enseignement et anxiogène de l’innovation." (Mehdi Atmani pour L’Hebdo - Cadrages.)