<:en-tête:>

 

    Autoformation et multimédia    Didactique    Linguistique    Ingénierie de formation

A propos de cyberquête

alsic
 

Cyberquête, webquest, etc.

Françoise Demaizière - février 2007

1. Introduction

Ce que l’on appelle en général la cyberenquête est sans doute aujourd’hui une des activités les plus populaires auprès des enseignants de langues dans le secondaire en tout cas. Elle offre beaucoup d’attraits car elle semble simple à mettre en œuvre et ne pas demander pas que soit modifiée la relation entre enseignant et apprenants.

2. Diversité des intitulés

"Nos collègues anglophones ont inventé l’expression "WebQuest" pour désigner une forme particulière d’activité d’apprentissage sur Internet où l’élève cherche les éléments d’information à partir de questions et d’indices, en vue de réaliser une tâche particulière. Nous avons traduit le terme "WebQuest" par MISSION VIRTUELLE. Par contre, on trouvera sur le Web une multitude d’autres expressions comme cyberquête, ou cyberenquête, ou enquête virtuelle, ou enquête-Web, etc." indique Robert Bibeau sur le site de l’école secondaire "Les seigneuries" à la page sur les missions virtuelles).

Il semblerait qu’en France actuellement le terme le plus utilisé soit "cyberenquête".

3. Définitions et descriptifs plus détaillés

Un descriptif trouvé sur un site québécois sur la cyberquête :

"Aborder des questions complexes avec les élèves.

Développer des habiletés de travail en coopération chez les élèves.

Créer un contexte permettant aux élèves de comprendre en profondeur un thème complexe.

Créer un contexte d’apprentissage authentique ancré dans la réalité.

(...)

La Cyberquête est l’activité Web des activités Web ! Elle permet aux élèves de s’engager dans un processus créatif et intellectuel de haut niveau en les amenant à répondre à différentes consignes, dans un environnement stimulant où l’interdépendance devient la base du travail. Tâche beaucoup plus complexe, la "Cyberquête" propose une façon différente d’aborder un thème, de développer de nouvelles compétences ou de faire des apprentissages plus spécifiques dans un contexte multidisciplinaire et fortement en lien avec les intérêts des élèves. La "Cyberquête" permet aussi d’observer et d’évaluer chez l’élève plusieurs compétences issues des nombreuses tâches à accomplir. On lui demandera de comparer, d’élaborer, de synthétiser et d’émettre une hypothèse afin d’enrichir son bagage de connaissances. De plus, cette activité Web permet à l’enseignant de développer des stratégies en privilégiant le retrait progressif de l’aide au fur et à mesure que l’élève développe ses habiletés. La "Cyberquête" se prête parfaitement à l’élaboration d’un projet de longue haleine".

L’idée généralement mise en avant par les spécialistes est que l’important n’est pas tant la recherche d’information par les apprenants que le traitement qu’ils font de cette information. Dans la perspective de l’enseignement / apprentissage des langues on peut, évidemment, insister également sur la recherche d’information dans un ensemble de documents en langue étrangère.

4. Exemples

La tâche peut consister en une analyse critique d’articles de presse par exemple (voir cet exemple sur le site du Récit de la commission scolaire des Affluents.

Vous trouverez d’autres exemples sur les sites cités dans ce document.

5. Quête, enquête ou simple questionnaire à remplir ?

"Aujourd’hui, le terme WebQuest n’est pas toujours utilisé de manière correcte. De nombreux collègues disent WebQuest en parlant d’un simple questionnaire à faire sur Internet et non d’une mission virtuelle" (site de l’académie de Versailles Langues @ Versailles).

6. Historique : des idées de départ aux évolutions qui peuvent dénaturer

Pour des éléments historiques vous pouvez consulter Wikipedia par exemple.

et de là aller vers un site de "best webquests".

Vous pouvez voir ici un nouvel exemple de la manière dont un concept "fort" à l’origine peut, sous la force des usages, être édulcoré et perdre beaucoup de ce qui faisait son originalité ou ses principes de départ. Le phénomène est courant (l’autoformation qui devient simple travail individuel par exemple).

Autre exemple : le site de Franziska Carrrouée et Jürgen Wagner.

Quels commentaires faire sur la tâche proposée ?

Quel intérêt culturel ? Quelles compétences travaillées ? Quel type de lecture doit faire l’apprenant ?

Quelle est l’activité de recherche demandée ?

Quelle utilisation faut-il faire de l’information trouvée ?

S’agit-il d’une mission ?

On peut penser que cet exemple correspond à la citation du paragraphe ci-dessus.

7. Quelques questions à se poser à propos de cyberenquête

7.1. Quel est le type de recherche demandé aux apprenants ?

Recherche totalement encadrée : tous les sites sont donnés et ils sont peu nombreux (un seul parfois).

Recherche totalement libre : les apprenants décident des sites qu’ils vont parcourir.

Situations intermédiaires : plusieurs sites donnés et les apprenants choisissent où et comment mener leur recherche parmi ces quelques sites...

7.2. Quelle utilisation font-ils de l’information trouvée ?

Simple réponse à un questionnaire. On est dans la métaphore de la mine, de l’extraction, l’apprenant recherche, dans la mine d’information constituée par Internet, une information qu’il va utiliser telle quelle, il extrait une information utile.

Traitement de l’information pour produire un document personnel ou de groupe. On est dans la métaphore de la transformation : l’apprenant transforme l’information trouvée, il doit donc se l’approprier.

7.3. Les apprenants travaillent-ils de manière isolée ou en groupe

Autrement dit, y a-t-il une pédagogie du projet, de groupe proposée aux apprenants ou pas ? Est-on dans une pédagogie du travail individuel, entièrement tourné vers une demande de l’enseignant ? Au contraire, y a-t-il une recherche du travail entre pairs apprenants avec un enseignant intervenant comme guide, médiateur... plutôt que comme source unique du travail et de son évaluation ?

7.4. Rôle de l’enseignant

Voir ci-dessus.

7.5. Type de lecture demandée aux apprenants

Lecture "rapide" pour trouver une information précise dans un document (cas de la question précise à laquelle donner une réponse, date de construction de tel monument...). Lecture en profondeur pour extraire des informations à réutiliser pour un projet de construction d’un document (cas de la revue de presse...).