<:en-tête:>

 

    Autoformation et multimédia    Didactique    Linguistique    Ingénierie de formation

Écrire avec le numérique - Les Langues Modernes n°3/2014

 

Sur le site de la revue

Dossier (coordonné par Élisabeth Lansel et Marie-Pascale Hamez)

-  « Introduction » par Élisabeth Lansel et Marie-Pascale Hamez

-  « Écrire en allemand avec Twitter » par Lidwine Portes

À travers la présentation d’un dispositif pédagogique de veille informationnelle sur la presse allemande en ligne mis en place à l’université avec des étudiants de deuxième année, cet article met en lumière les apports de Twitter dans l’apprentissage de la langue étrangère, ainsi que la diversité des tâches d’écriture envisagées. Contrairement aux idées reçues, Twitter stimule l’écriture plus qu’il ne l’empêche. Les étudiants deviennent les auteurs d’une écriture individuelle en ligne. Loin de nuire à l’écriture, la remise en question des hiérarchies scientifiques et universitaires qu’entraîne l’entrée des réseaux sociaux dans les salles de cours de l’université apporte une dimension sociale à l’apprentissage qui conduit à une plus grande stimulation de l’écriture.

-  « Écrire 2.0 : compétences connectées » par Philippe Murillo et Gérard Rouzies

Cette analyse d’expériences pédagogiques dans le cadre de l’enseignement des langues vivantes présente des retours d’expérience sur l’écriture à l’aide d’outils numériques divers, pouvant susciter de nouvelles stratégies d’apprentissage. Dans des situations combinant le présentiel et le distanciel, le chat, en premier lieu, peut-il se concevoir comme un outil déclencheur de parole dans un environnement de communication synchrone ; et par ailleurs, l’expérience du blog comme support numérique d’écriture favorise-t-il une meilleure autonomie de l’apprenant ? On s’interrogera, en outre sur le wiki comme vecteur de motivation dans l’activité d’écriture numérique et sur son impact dans l’efficacité du travail collaboratif entre individuation et collectivisation de l’organisation de l’acte d’écriture.

-  « Être publié sur Internet, une motivation pour se surpasser » par Caroline Venaille

Nous présentons ici le scénario d’un atelier d’éducation aux médias à travers les langues mis en place dans une classe universitaire de Français Langue Etrangère. Cette formation optionnelle visait à la publication d’une revue de presse multilingue sur un média participatif européen. A ces fins, l’espace numérique a été exploré au-delà de ses frontières langagières et dans sa diversité culturelle. Les observations de cette recherche-action tendent à affirmer qu’une publication numérique d’un travail encourage les étudiants à se surpasser pour être lus par d’autres. Les savoirs-être se développent alors en dehors du cadre universitaire.

-  « Sites littéraires et écrits d’apprenants en Français Langue Étrangère » par Anne-Sophie Morel

Cet article vise à mesurer l’apport de l’interactivité en ligne dans le développement des compétences lectorales et scriptorales en Français Langue Étrangère. Il s’appuie sur des projets d’écriture créative réalisés sur des sites Internet requérant la participation active du lecteur / scripteur.

-  « Écriture collaborative synchrone dans une formation de langue en ligne » par Hani Qotb

Rédiger un texte est un processus complexe qui nécessite la mobilisation des ressources et la recherche de l’équilibre entre des compétences différentes. Les apports des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) ont facilité la mise en place d’une écriture collaborative en ligne. Dans une formation de langue en ligne, nous avons proposé aux apprenants de participer à une écriture collaborative synchrone pour réaliser un texte sur un thème de leur spécialité. Cette expérience d’écriture numérique a donné des résultats positifs grâce aux interactions au sein de la communauté d’apprentissage tout en améliorant la production écrite des apprenants.

-  « Outils collaboratifs pour la production écrite en anglais » par Christine Rodrigues

Cet article s’intéresse à l’intégration d’un éditeur de texte collaboratif et simultané en classe de langue pour la production écrite en anglais. Il se base sur une expérience pédagogique, menée en 2012, avec des apprenants de niveaux A1 à C1, qui utilisaient une page blanche virtuelle (ou pad) pour la mise en texte. L’analyse des données montre que 89% des apprenants ont apprécié l’éditeur, et que celui-ci a favorisé une réelle collaboration entre apprenants et une prise en compte des interventions correctives de l’enseignante.

-  Hors-thème

« SMS et apprentissage de l’écrit en français » par Pierrette Lingani

Au Burkina Faso, les écrits numériques ont intégré les habitudes d’écriture des élèves et des étudiants à l’image de l’expansion fulgurante du téléphone portable dans la société burkinabè ; le « Short Message Service » ou SMS est devenu une pratique courante. Quel pourrait être l’impact de ce langage innovant sur l’apprentissage scolaire et la maîtrise de la langue, notamment par les élèves et étudiants ? Afin de connaître les formes scripturales du SMS et de comprendre le fonctionnement de son langage, une étude a été conduite sur la pratique du SMS par les élèves et les étudiants. Les résultats montrent une diversité de graphies, résultant de cinq types de procédés, intégrant les ressources de plusieurs langues, faisant fi des normes de la grammaire et de l’orthographe et dont les caractéristiques communes sont d’être pragmatiques et fonctionnelles.

-  Compte rendu de projet de formation « Formation initiale des professeurs des écoles : un parcours axé sur les compétences interculturelles et la didactique des langues à l’ESPE Lille Nord de France » par Anne Midenet