Catégories
Appels à contribution

Enseigner et apprendre les humanités numériques – Date limite : 12 avril 2021

Numéro 5 de la revue Humanités numériques, publication prévue en janvier 2022.

Au cours des dernières décennies, les humanités numériques ont contribué à renouveler les pratiques de recherche au sein des disciplines constituant ce qu’on appelle traditionnellement les humanités ou les SHS, mais elles ont aussi agi dans le même temps sur l’enseignement de ces disciplines (Cavalié et al. 2017). Elles ont permis la création de nouveaux cursus intégrant l’usage du numérique ou encore l’émergence de nouvelles manières d’enseigner à l’université (Hirsch 2012). Elles ont également favorisé le déploiement d’approches critiques des technologies au sein des communautés enseignantes (Dacos 2011). Plus largement, on peut affirmer que les humanités numériques offrent aujourd’hui une vision originale de l’éducation en contexte numérique (Perriault 2002, Bourgatte 2017, Tessier 2020), certains tenants de cette approche allant même jusqu’à évoquer un « humanisme numérique » qui revitaliserait le projet humaniste « classique » dans son ensemble (Doueihi 2011).

Comment enseigne-t-on les humanités numériques ? À quels besoins les dispositifs éducatifs mis en œuvre répondent-ils ? Quels sont leurs objectifs et leurs spécificités ? Il est d’abord question de favoriser l’inclusion numérique et de promouvoir les usages des technologies auprès de publics peu ou pas sensibilisés à ces questions, à l’université, mais aussi dans l’enseignement secondaire (Cuban 2002, Fluckiger 2010). Les « humanistes numériques » se préoccupent ainsi de la domestication de ces technologies, selon un principe d’exploration des outils et de leurs potentialités (Lankshear et al. 2008). Pour cela, ils sont souvent engagés dans des pédagogies innovantes (learning by doing ou pédagogies hybrides), voire en rupture avec les modèles académiques classiques (comme c’est le cas avec les emblématiques THATCamp). En ce sens, les enseignants en humanités numériques tirent parti des potentialités du numérique pour imaginer de nouvelles modalités d’enseignement ou encourager des modèles alternatifs fondés sur le travail collaboratif (Harris et al. 2012, Bourgatte et al. 2016).

L’enseignement et l’apprentissage des humanités numériques interrogent aussi les préjugés sociaux ou culturels liés aux usages des machines et des algorithmes (Feenberg 2014, Gras 2015). La question des idéologies présentes dans les formations en humanités numériques et, plus généralement, dans les enseignements qui intègrent le numérique est également à prendre en considération : informatique libre, open source, rapport aux GAFAM sont quelques-uns des débats les plus vifs (Selwyn et Facer 2013). Il sera important d’analyser la grande diversité des réponses apportées à ces questions et les positionnements des porteurs de formations en humanités numériques (parcours de master ou de licence, écoles d’été, etc.), pris entre volonté de décloisonnement disciplinaire et d’ouverture des connaissances (Clivaz et Vinck 2014), injonctions institutionnelles et, parfois, opportunisme (Tessier 2020). Au-delà des positionnements des institutions et des enseignants, ce sont aussi les positions des étudiants qui pourront être interrogées : leurs attentes vis-à-vis des formations en humanités numériques, leurs compétences, leurs profils, leurs évolutions, leurs parcours professionnels sont autant d’aspects sur lesquels peu de données existent jusqu’à présent.

Telles sont les dimensions de l’enseignement, de l’apprentissage et de l’éducation au sens large que ce numéro souhaite explorer. Plus précisément, les articles pourront par exemple aborder les relations entre humanités numériques, enseignement et apprentissages dans les directions suivantes :

  • analyse de projets pédagogiques relevant du champ des humanités numériques, au sens restreint ou dans un sens plus large de formation à la culture numérique en SHS
  • exploration de curricula sous un angle socio-anthropologique ou didactique
  • approches théoriques interrogeant la question de l’éducation au prisme des humanités numériques

Les approches historiques, les comparaisons entre différentes manières d’envisager les humanités numériques, ainsi que les comparaisons entre des projets menés dans différentes aires géographiques retiendront particulièrement notre attention.

Les autrices et auteurs qui souhaitent proposer un article à la revue sont invités à soumettre leur proposition sous la forme d’articles complets pour le 12 avril 2021 au plus tard, sur le site OJS de la revue : http://revue-humanites-numeriques.humanisti.ca.

La longueur des articles n’est pas prédéfinie, même si nous considérons que 50 000 signes, espaces et notes comprises, représentent une limite courante. Les fichiers transmis doivent être transmis au format ODT ou DOCX. Le respect des instructions aux auteurs disponibles sur le site de la revue garantit une évaluation plus efficace et une meilleure préparation des textes. Les auteurs conservent leurs droits sur les articles, qui sont publiés sous une licence Creative Commons (CC BY).

Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez contacter les éditeurs invités de ce numéro, Michael Bourgatte (m.bourgatte@icp.fr) et Laurent Tessier (l.tessier@icp.fr), ou le comité de direction d’Humanités numériques (revue-humanites-numeriques@humanisti.ca).

Repères bibliographiques

Bourgatte, Michael, Mikael Ferloni et Laurent Tessier, éd. 2016. Quelles humanités numériques pour l’éducation ? Ouvrage collaboratif édité en temps réel. Paris : MkF éditions.

Bourgatte, Michael. 2017. « Pour un humanisme numérique en éducation ». RFSIC 10. https://doi.org/10.4000/rfsic.2652.

Cavalié, Étienne, Frédéric Clavert, Olivier Legendre et Dana Martin, éd. 2017. Expérimenter les humanités numériques. Des outils individuels aux projets collectifs. Montréal : Presses de l’Université de Montréal. https://doi.org/10.4000/books.pum.11091.

Clivaz, Claire, et Dominique Vinck. 2014. « Introduction. Des humanités délivrées pour une littératie plurielle ». Les Cahiers du numérique 10 (3) : 9-16. https://doi.org/10.3166/LCN.10.3.9-16.

Cuban, Larry. 2002. Oversold and Underused : Computers in the Classroom. Cambridge : Harvard University Press.

Dacos, Marin. 2011. « Manifeste des Digital Humanities ». THATCamp Paris (blog).  https://tcp.hypotheses.org/318.

Doueihi, Milad. 2011. Pour un humanisme numérique. Paris : Le Seuil.

Feenberg, Andrew. 2014. Pour une théorie critique de la technique. Montréal : Lux.

Fluckiger, Cédric. 2010. « L’école à l’épreuve de la culture numérique des élèves ». Revue française de pédagogie. Recherches en éducation 163 : 51‑61. https://doi.org/10.4000/rfp.978.

Gras, Stéphan-Éloise. 2015. « Éthique computationnelle et matérialisme numérique : l’apport des Software Studies ». Critique 819‑820 (8-9) : 667‑679. https://doi.org/10.3917/criti.819.0667.

Harris, Richard, Simon Harrison et Richard McFahn. 2012. Cross-curricular Teaching and Learning in the Secondary School, Humanities : History, Geography, Religious Studies and Citizenship. Abingdon, Oxon New York : Routledge.

Hirsch, Brett D. 2012. Digital Humanities Pedagogy : Practices, Principles and Politics. Cambridge : OpenBook Publishers.

Lankshear, Colin, et Michele Knobel, éd. 2008. Digital Literacies : Concepts, Policies and Practices. New York : Peter Lang.

Perriault, Jacques. 2002. Éducation et nouvelles technologies : théorie et pratiques. Paris : Nathan.

Selwyn, Neil, et Keri Facer, éd. 2013. The Politics of Education and Technology : Conflicts, Controversies, and Connections. New York : Palgrave Macmillan.

Tessier, Laurent. 2019. Éduquer au numérique ? Paris : MkF éditions.

Tessier, Laurent. 2020. « Les Humanités numériques, combien de divisions ? Éléments pour une sociologie critique de curricula d’éducation au numérique en sciences humaines ». Zilsel 7 (2) : 355-385.https://doi.org/10.3917/zil.007.0355.